“Le semeur sème la parole…Satan vient et enlève la parole qui a été semée en eux”. (Marc 4:14-15)

Au moment où j’écris, je suis assis au Starbucks, sirote un café (j’en ai bien besoin aujourd’hui) et laisse ma journée “normale” se dérouler. Après les conventions de jeunes, on parle souvent des retours à la réalité, n’est ce pas ? Je dirais plutôt qu’il s’agit en fait de “retour à la maison”, parce que la réalité, c’est que la présence de Dieu est là où je me trouve comme elle l’était pendant ce week-end de folie. Ok elle n’est peut-être pas aussi intense et le contexte est bien différent mais Dieu n’a pas changé parce que j’ai changé de lieu. J’avoue, c’est pas toujours facile à vivre et parfois nos sentiments nous rattrapent. On ne ressent plus les mêmes choses, on retrouve les violences de ce monde, les discussions bien sales dans les couloirs, l’indifférence des gens, certaines tentations qui reviennent et on se dit : “qu’est ce qui se passe ?”. “Ce que j’ai vécu, est-ce que c’était vrai?”. L’ennemi de nos âmes aime utiliser notre environnement et nos émotions pour nous tromper, le mensonge et les impressions c’est son truc ! Lorsque ces moments de confusion ou de doute surviennent, c’est là où il nous faut revenir à la vrai “réalité”, celle que Jésus est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13:8). Le même Jésus qui t’as touché pendant une convention est celui qui se tient à tes côtés en ce moment même.
Dans la parabole du semeur et des terrains, l’accent est sur la parole de Dieu qui doit être accueillie dans une bonne terre pour qu’elle porte du fruit. Notre responsabilité est donc de s’occuper de notre terre, et non de s’inquiéter de la validité de ce que nous avons reçu au travers de la parole de Dieu pendant un week-end. On peut donc arroser notre terre en veillant sur notre coeur, par une lecture régulière de la parole de Dieu, par la prière, en créant une atmosphère de louange dans notre chambre (un bon cd de Bethel ou de Hillsong suffira…), en nous retrouvant à quelques uns pour vivre une multitude dans son salon, en s’investissant dans notre groupe de jeunes, et en montrant le même zèle et la même attente lors des cultes de notre église locale etc…
Ne laisses pas Satan te tromper, quelque chose de fort a été planté en toi, et le Dieu qui s’est manifesté à toi pendant un rassemblement se manifestera encore et encore dans ton quotidien de différentes manières. Et si aujourd’hui tu te sens fort, comme un de mes profs de collège biblique nous disait : “décides quand tu es fort qui tu veux être quand tu seras faible”.
La Multitude continue !

Lois.R